d e s   S O N S   d a n s   l ' a i r
l ' a c o u s m o n e f

accueilréalisations - projectionsinstallations - interventions - autres - écouter - l'acousmonef
bio(s) - multiphonie - acousmobile - acousmodules - actions - calendrier - galerie - documents - télécharger



 (english page)

l ' a c o u s m o n e f

J'ai longtemps utilisé le terme d'acousmonef pour évoquer ce que représentait pour moi une diffusion haut-parlante : un voyage dans l'espace des sons, avec le dispositif d'enceintes comme vaisseau. Mais ce n'était alors qu'une manière de considérer ce temps assez différent de celui qui préside à un concert de musique dite "vivante", où les auditeurs sont plongés dans les œuvres plutôt que spectateurs de leur exécution.
Et puis il y a eu la salle de La Lyre Amicale.
Avec ses 130 m² sur près de 6 m de hauteur elle m'a fait penser immédiatement à une nef, et en m'offrant (enfin) un espace adapté à la réalisation de mes œuvres les plus exigentes elle est devenue en 2018 mon lieu de composition et de vie (voir aussi les lieux précédents en fin de page).

Le dispositif sur 78 canaux qui y est installé à demeure est consacré principalement à la composition de pièces dédiées à la formule des séances, mais le lieu peut aussi accueillir plus ou moins temporairement les ensembles modulaires de l'acousmobile et la préparation d'installations (mais pas l'hiver car le chauffage de cet espace m'est hélas impossible...).
Grâce au nombre important de points de composition/diffusion qu'il comporte et à sa disposition spatiale organisée dans les trois dimensions suivant le modèle du cirque, il permet un type d'expérience d'écoute qui, bien que le son spatial se développe aujourd'hui tous azimuts, constitue encore quelques-chose d'assez rare...
Vous pouvez lire le texte Un acousmonef nommé désir que j'ai consacré à son histoire et à sa technique.

  

l ' h i s t o i r e

Ccomme pour le peintre, l'atelier représente pour moi le lieu et les moyens qui me permettent de produire mes sons et de fabriquer mes œuvres. Comme pour le cinéaste, c'est le studio où je traite et assemble les tournages sonores que j'ai réalisés, que je façonne et anime mes personnages. Mais surtout, comme le sculpteur ou l'architecte, c'est là où je construit mes objets-espaces, en dimensions réelles ou à l'échelle, tels qu'ils pourront être présentés au public.

Le dispositif haut-parlant fait exister les sons, mais il en fait aussi partie. Ce n'est pas un simple "système de diffusion", encore moins un "orchestre de haut-parleurs". Durant la composition, il permet d'entendre les œuvres se construire, dans ce constant aller-retour de la méthode concrète où l'on entend ce que l'on fait et fait ce que l'on entend. Il est le véritable support des sons qui procure leur matérialité aux images et aux formes holophoniques.

La conception de mon atelier-acousmonium* a débuté en 1989 et possède une longue histoire qui m'a amené progressivement au système actuel, suivant l'évolution de mes projets compositionnels, des possibilités techniques de l'époque... et les fluctuations de mes moyens financiers ! Les aspects liés à sa conception et son utilisation sont détaillés dans le texte Un acousmonef nommé désir.

  • 1987/91 : octophonie puis "dodécaphonie" par plans ("Quatre études d'espace", "Le temps des ambiguïtés")
  • 1992/94 : dispositions "3D" sur 16 canaux pour "Scènes de la réalité plus ou moins quotidienne" et "Formes et Couleurs de la Vie" (8 autour et 8 à l'intérieur)
  • 1998 : évolution de la disposition maillée sur 24 canaux pour "L'œil tactile" (12 autour et 12 à l'intérieur)
  • 2004 : suite à la constatation qu'il est impossible de trouver des dispositifs de diffusions "3D" intéressants (et accueillants), espoir que le 17.1 puis le 22.2 deviennent un standard au cinéma et par riccochet pour l'acousma ; composition de "Constructions I" et d'autres pièces dans ces formats par la suite
  • 2005 : dernière tentative de composer dans un format compatible avec un acousmonium 2D ("Peintures noires" sur 16 canaux)
  • 2012 à 2018 : évolution du dispositif de 32 à 62 canaux par extension du format cinéma de 22.2 à 42 canaux ("Histoires fantacousmatiques") et par recentrage sur la disposition en cirque ("Jeux de constructions" sur 44 canaux, "Études pour membranes" sur 57 canaux) et ajustements pour le dôme ("SSoSFAGTiaCaGwaP" sur 43 canaux) ; finalisation de "La Cage" en 59 canaux.
  • 2019 : extension à 67 canaux pour la composition de "Densités"
  • 2021 : additions finales pour la disposition en cirque sur 75 canaux

Rétrospectivement, au delà des inévitables va-et-vient entre désir et nécessité, il se dégage deux constantes : l'importance depuis Formes et couleurs de la vie en 1994 de disposer de points de projection à l'intérieur de l'espace d'écoute et pas seulement sur sa périphérie, et la compatibilité avec les formats spatiaux normalisés comme le cinéma et le dôme.

 * le terme "acousmonium" était utilisé ici dans sa signification large de "dispositif haut-parlant dédié à la diffusion d'œuvres acousmatiques".

 

l a  d i s p o s i t i o n

Le dispositif d'enceintes comporte au total 78 canaux (75.3), répartis selon un maillage irrégulier sur quatre niveaux de hauteur pouvant être considéré comme un "cirque" ou un double dôme, avec une partie périphérique et d'élévation de 47 canaux (le "chapiteau"), une partie intérieure de 28 canaux (la "piste"), plus 3 canaux dédiés aux fréquences graves.


schema75.jpg Acousmonef75.png

 

Il est aussi facile de l'employer pour la majorité des formats spatiaux périphoniques comme le dôme et les multiples déclinaisons des formats du cinéma (incluant les variations de l'Auro-3D, du 22.2 et du Dolby Atmos) en ignorant simplement les points de diffusion intérieurs et en disposant les places pour les auditeurs de la manière appropriée... 


 

 

l e   l i e u

La Monnerie-Le-Montel est un village du Puy-de-dôme, proche de Thiers, et pas si éloigné de Lyon, de St-Étienne et bien sûr de Clermont-Ferrand grâce à une sortie d'autoroute à 5 minutes (A89 n°30) et un arrêt d'autocar à 50 mètres (mais hélas sans l'accès ferroviaire qui a été sacrifié).

C'est un espace privé, mais je suis toujours heureux quand on vient me rendre visite ;-)
On peut y écouter bien-sûr ma production, mais aussi des œuvres d'autres artistes qui partagent cette même approche de la création sonore.
Vous pouvez me contacter par email (sonsdanslair@free.fr) ou par téléphone (06.56.88.56.29).

acousmonef-6.png

plan1.jpg


(en bleu : de la sortie n°30 de l'A89 jusqu'au parking / en rose : l'arrêt d'autocar pour Clermont-Ferrand / en jaune : jusqu'à l'Acousmonef)


  

Merci aux donnateurs !
Marie pour ses beaux coussins, que chacun saura apprécier :-)
Olivar pour son enceinte omni-directionnelle, qu'il me reste à placer tout en haut...
Marc pour son canapé.
Isabelle pour ses tapis.

 

 

 

 

 

les lieux précédents

 

 6. St-Étienne (2012 - 2017)



L'atelier-acousmonium à St-Étienne, de 32 canaux en 2012 à 62 canaux en 2015 (45 m²)

 

 

5. Passins (2009 - 2011)
18 canaux (30 m²)

 

 

 4. Pélussin (2004 - 2006)


Le deuxième atelier de Pélussin en 26 canaux (45 m²), 2005/2006


Le premier atelier de Pélussin (40 m²), 2004

 

 

 

3. Artemare (2000 - 2004)
5.1 (16 m²)

 

 

2. Lyon (1996 - 2000)

 
L'atelier de Lyon en 24 canaux (40 m²)

 

 

 1. Massignieu-de-Rives (1989 - 1996)
16 canaux 3D (25 m²)

là où tout a vraiment commencé, et je n'ai même pas de photo...